Presse pro... mais de quoi ?

De l'info à la com... Faut bien vivre ! Chronique du quotidien de cartes de presse dépréciées.

23 septembre 2005

Les vacances n'effacent rien...

journaliste_medef2Dur, dur de s'y remettre ! Hélas les vacances n'ont rien effacé. L'ambiance est toujours aussi morose et vous tombe dessus comme une chape de plomb. Le pire c'est qu'on ne discerne pas le bout du tunnel. Plus ça va et moins ça va. Alors on reprend le blog comme un exutoire, pour écrire son désarroi. Ni plus, ni moins.
Dans le Monde de ce soir, un article sur une grosse charrette... aux Etats Unis. Et oui les ex maîtres du journalisme plongent à leur tour dans le marasme, pas seulement éthique. Le groupe New York Times a annoncé la suppression de 500 emplois soit 4% de ses effectifs, quelques semaines après avoir déjà supprimé 200 postes. Un autre groupe, Knight-Ridder annonce également une centaine de licenciements sur un effectif total de 630 personnes. "Ces décisions s'inscrivent dans un climat de crise nationale, voire mondiale, de la presse qui voit sa diffusion baisser" souligne notre confrère, Alain Salles. Que dire de plus ?...

Gisi cherche repreneur optimiste
Plus près de nous, Philippe Santini, le tonitruant patron du groupe Gisi (Usine Nouvelle, LSA...) nous abreuve de données financières pour justifier son plan social, dans une interview accordée aux Échos, le 13 Septembre dernier. On y note quand même le refus de vendre le groupe par appartement et au contraire le désir de l'adosser à un industriel de la presse. Mais pour cela, souligne-t-il, "il faudrait que ces industriels soient plus optimistes. S'il faut attendre 2009 pour trouver un partenaire industriel, alors j'attendrai". Reste à savoir si, d'ici là, la situation aura évolué, en mieux. Pour l'heure, on a du mal à l'imaginer.

Etre ou ETAI ?
Enfin, moins médiatisé, notons l'étrange situation des titres de la société JBC repris dans des conditions mystérieuses par le groupe ETAI. Les rédactrices en chef ont déposé leur clause de cession et pour l'heure n'ont pas trouvé de remplaçant(e)s. Pourtant la première clause a été déposée dès la mi juin et, sur le titre concerné, une parution a été annulée et la suivante repoussée au grand dam des annonceurs... Allez comprendre !

illustration : caricature de la vie politique de Charlie Hebdo, collectée sur le site de l'institut politique de Lyon 

Posté par Latope à 20:55 - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    Les vacances ont été si longues ?

    Ce n'est plus le baron Ernest-Antoine Seillière de Laborde qui est président du Medef.
    Il faut revoir la caricature (c'est le mot).

    Posté par Babouze, 28 septembre 2005 à 22:29
  • Que devient Jean Yves Bourgeois

    D'après mes sources, il traine sur TOUS les salons touchant au Packaging ?

    Que devient-il ?
    Que fait-il ?

    A quand un article sur le personnage, lui qui est si Célèèèèèèèèbre

    Posté par Bourgeoinisé, 29 novembre 2005 à 12:08

Poster un commentaire